Les Alternatifs Isère

Les Alternatifs et les élections régionales

Editorial de Gauche Alternative du 3 février 2010
samedi 6 février 2010

Si au niveau national Les Alternatifs ont décidé après consultation interne de participer aux listes "Ensemble" pour les prochaines élections régionales, Les Alternatifs Isère à une large majorité se sont retirés de la liste "Ensemble" de l’Isère en raison de sa composition avec un élu en position éligible qui gère Grenoble avec la Droite et le Modem.

Une désunion coupable

Comme pour les élections européennes, la position des Alternatifs était l’union de toutes les forces politiques situées à gauche du PS. Dans ce sens, de nombreuses tractations ont eu lieu tant au niveau national qu’en Isère entre ces différents partis : NPA, PG, PCF, les Alternatifs, GU (Gauche unitaire), PCOF, FASE, M’PEP. Mais dans les deux cas ce fut un échec à cause des incompatibilités entre le NPA et le PCF, le premier ne voulant à aucun prix participer à un exécutif régional avec le PS, le PCF voulant à tout prix y entrer, en n’excluant pas totalement une alliance avec le Modem. En revanche, au moins dans la Région Languedoc-Roussillon, après avoir discuté d’un programme, toutes ces composantes politiques sont arrivées à un accord pour former une liste commune.
Suite à la rupture nationale entre le PCF et le NPA, après référendum interne, les Alternatifs ont décidé nationalement de tenter de faire alliance avec tous ceux qui n’avaient pas quitté les négociations, c’est-à- dire sans le NPA. Si un accord a été conclu entre les Alternatifs et le Front de Gauche (PCF, PG, GU) il s’est fait seulement sur la composition des listes « Ensemble » et non pas sur des grandes lignes programmatiques.

En Rhône-Alpes

Pour ce qui concerne la Région Rhône-Alpes, cet accord ne prévoit aucune tête de liste pour les Alternatifs dans les huit départements, mais seulement deux secondes places, dans l’Ain et en Haute-Savoie, (une seule de ces deux places serait éligible si les scores atteignent 7%). Dans l’Isère, les Alternatifs revendiquaient la troisième place. Non seulement cette place nous fut refusée, mais de plus elle a été attribuée à Patrice Voir, conseiller régional PCF sortant et conseiller municipal de Grenoble, élu à Grenoble sur une liste qui dès le premier tour comprenait, outre le Modem, des anciens amis d’Alain Carignon et de Nicolas Sarkozy.
Après référendum interne, les Alternatifs de Rhône-Alpes ont décidé de s’inscrire sur les listes « Ensemble ». Mais ceux de l’Isère se sont très largement prononcés pour leur retrait de ces listes. En conséquence, il n’y aura pas de candidats alternatifs sur la liste "Ensemble" de l’Isère.

Quel pouvoir régional ?

En France, les Régions ont un pouvoir tout relatif. Elles sont obligées d’appliquer les lois nationales, notamment en matière fiscale. A ce sujet, nous savons bien l’iniquité des impôts locaux. Il faut malgré tout mettre au crédit de la dernière mandature des Conseils régionaux le développement des TER (Train Express Régionaux), notamment en Rhône-Alpes. Mais, dans la même Région, l’exécutif a subventionné le stade des Alpes à usage privé. Toutes les décisions prises par le Conseil Régional Rhône-Alpes sont très peu discutées avec la population, très peu ébruitées. Aussi, il aurait été utile de discuter entre les parties prenantes de la coalition "Ensemble" de programme, de démocratie, de stratégie et comment se faire le relais des luttes ! Mais l’appât des places, déclenché par le PCF a pris le dessus !
Dans ces conditions, les élus des listes "Ensemble" risquent d’être essentiellement des gestionnaires du système, agissant loin de toute dynamique populaire.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 244 / 48211

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Presse alternative  Suivre la vie du site Gauche alternative  Suivre la vie du site Gauche Alternative n°128 - février 2010   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License