Les Alternatifs Isère

Démolition du 50 Arlequin et guérilla urbaine

mercredi 16 février 2011

En absence de toute concertation avec la population et même de délibération du conseil municipal, la décision de détruire la montée du 50 galerie de l’Arlequin à la Villeneuve de Grenoble a été prise par le maire et quelques élus. L’histoire de chacun, l’attachement à un lieu de vie où l’on a grandi, où l’on a vieilli, importe peu. Une décision antidémocratique et hop on déplace les populations. Cela fait trop longtemps que l’on tente d’apporter des réponses architecturales à des problèmes de société bien plus profonds.

Il ne suffit pas de changer le décor, il faut changer la scène et proposer des modifications profondes d’un système qui repose sur l’exclusion d’un grand nombre au profit d’un petit nombre de privilégiés. Il faut s’attaquer aux causes du mal être des populations et de la violence qu’elle génère parfois et non aux symptômes. En 1980, la politique de développement social des quartiers met en place des actions dans différentes directions, architecturales avec la rénovation urbaine mais aussi des actions de formation professionnelle, de soutien scolaire et de développement associatif. En 2003, il y a eu un basculement avec la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine dont l’objectif est la transformation en profondeur des "quartiers sensibles", "il faut casser les ghettos" selon JL Borloo. Une des règles de fonctionnement de l’ANRU, Agence Nationale de Rénovation Urbaine est la destruction de logements sociaux, cela conditionne l’attribution de subventions pour les municipalités. Et plus question pour celles-ci de proposer des programmes de rénovation des logements sociaux, les subventions ne sont accordées que si il y a destruction. Au 31 décembre 2008, c’est 52 262 logements détruits contre 18 756 reconstruits.

Et si l’objectif était de préparer la guérilla urbaine ? Dans son livre très documenté, Hacène Belmessous nous explique que l’ANRU a signé une convention avec le ministère de l’intérieur pour associer la police nationale au projet de rénovation urbaine, l’objectif étant la reconfiguration des lieux pour supprimer recoins, vides, coins aveugles, permettre la circulation des forces de l’ordre et faciliter les interventions policières, voire militaires. Nous en avons eu une première démonstration cet été. Bien qu’une première ouverture avait eu lieu avec la création d’une route dans le parc lors de la construction du collège, la Villeneuve se révèle peu accessible et la destruction de la montée du 50 serait une nouvelle percée.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 690 / 44618

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License